© 2010 adminlaroque

Vues générales

Au début du 20ème siècle Laroquebrou connait un dynamisme démographique certain, avec une croissance de +26% entre 1901 et 1911 pour compter 1646 habitants. Le village profite de son statut de chef lieu de canton, de sa situation géographique constituant un axe de circulation important et de son industrie locale construite autour de la cordonnerie et de l’agriculture. Les flux migratoires sont importants au point que 40% de la population est extérieure au village et près de 10% est native d’un département extérieur au Cantal. Sa position géographique de carrefour a également eu pour effet de favoriser les migrations temporaires « d’indigents » et de vagabonds. Aussi, les édiles locales ont longtemps appuyé les actions de « bienfaisances » et de « charités » pour estomper la pauvreté. L’hospice, datant du 13ème siècle, étant sans doute l’aspect le plus visible de cette politique sociale.
La répartition homme-femme est relativement équilibrée avec respectivement 53% et 47%. C’est une population jeune, avec une moyenne d’âge de 32 ans et où 36% de la population a moins de 10 ans. 4 institutrices et 4 instituteurs se partagent l’éducation des roquais au sein de deux établissements situés aux extrémités géographiques du village. L’école des filles, reconstruite en 1910, est donc bien plus que séparée de celle des garçons.




**Source : Archives départementale du Cantal, 1891-1936 (3 NUM 95), « Listes nominatives de recensement : 1911″.